Acheter un blender ? Nos conseils pour faire le bon choix

Préparation culinaire

Acheter un blender ? Nos conseils pour faire le bon choix

le 8 avril 2018
0
0
0
0

Choisir un blender n’est pas si aisé qu’on pourrait le penser, surtout quand les prix commencent à une vingtaine d’euros pour aller jusqu’à plus de 800 euros… Lequel privilégier entre un blender classique, chauffant ou à friction ? Et le bol, en verre ou plastique ? Lequel fait le mieux la soupe ? Et le moins de bruit ? Homap vous donne les clés pour ne pas se tromper dans le choix de son blender, et vous propose sa sélection…

Que fait un blender ?

 

Le blender est capable de mixer, mélanger, voire cuire et maintenir au chaud. Cet appareil permet de réaliser de nombreuses recettes. Au-delà des classiques smoothies, soupes et jus, il peut aussi piler de la glace, préparer des cocktails, des sorbets, des mousses, des recettes à tartiner, des sauces, hacher des herbes ou concasser des fruits secs… Des livres de recettes sont d’ailleurs dédiés à la cuisine au blender, ce qui démontre l’étendue des possibilités.

 

Je veux préparer quoi avec mon blender  ?

 

Telle est la question que l’on doit se poser avant de se décider à acheter un blender. Envie de soupes, de purées, de smoothies, de glaçons ? A chaque type son usage. Et les voici en détails…

Kenwood
Blend-X Classic
65 euros

Abordable

Efficace

Simple

Magimix
11623
199 euros

Une référence

Robuste

Puissant

Smeg
BLF01
175 euros

Look 50'S

7 coloris

Bol en verre

Les blenders classiques… Pour les smoothies, soupes froides et cocktails


Si le but est de préparer principalement des recettes froides, un blender classique est parfaitement suffisant. Inutile d’investir dans un blender chauffant, plus onéreux. Si vous avez envie de soupe de temps en temps, il est toujours possible de mixer des légumes préalablement cuits ; un blender classique s’acquittera de cette tâche avec bonne volonté.
Outre son prix, le blender classique présente quelques avantages. D’abord, il est généralement plus doué qu’un blender chauffant (à résistance) pour mixer des aliments crus, offrant une texture plus lisse aux préparations. Cela est lié à la dimension et à la disposition des lames au fond du bol.
En mode nomade se développe le blender dit «mix & go». Comme son nom l’indique, il permet de mixer et emporter directement une boisson dans un récipient/gourde. Pratique pour le petit-déjeuner ou le goûter, pour les enfants, les randonneurs, les sportifs... Mais peu puissant et à envisager seulement comme appoint.

Remy
Blender
399 euros

Sous-vide

Préserve les nutriments

Polyvalent

Russel Hobbs
Mix & Go cool
39,99 euros

On mixe, on emporte

Réfrigérant

Pas cher

Severin
sm3741
40 euros

Nomade

Gourde 600 ml

Pas cher

Les blenders chauffants, ils s’occupent de tout



Pour préparer principalement des recettes chaudes, un blender chauffant (à résistance) s’avère plus adapté. Ce type d’appareil dispose de programmes dédiés à la préparation de soupes (veloutées ou avec morceaux) ou de compotes. Il n’y a qu’à mettre les ingrédients dans le bol pour que l’appareil se charge de tout : cuisson, mixage, voire maintien au chaud. Outre la praticité des programmes dédiés, la fonction maintien au chaud qui existe sur certains modèles s’avère confortable.
Les lames sont parfaitement adaptées à mixer des aliments ramollis par la cuisson. Si le blender chauffant peut ponctuellement servir à préparer un smoothie, le mixage d’aliments crus n’offre pas les textures les plus lisses.

e.zichef
Blendy Soup
199,99 euros

26 000 tours/minutes

Livre recettes

9 programmes

Moulinex
UltraBlend cook
299 euros

Puissant

6 lames

8 programmes

Simeo
BV600
199 euros

Tactile

Accessoires fournis

1500 watts

Blender à friction, un classique qui chauffe les soupes mais aussi les oreilles


Se passant de résistance électrique, cet appareil peut cuire les aliments grâce à la friction provoquée par une rotation des lames extrêmement rapide.
Ainsi le blender à friction est-il capable de mixer efficacement tout type d’aliments, rendant les smoothies aussi lisses et onctueux que les soupes. La rapidité est également l’un des avantages de cette technologie : une soupe est prête beaucoup plus rapidement qu’avec un blender à résistance (une dizaine de minutes au lieu d’une trentaine).
Mais il faut savoir que pour assurer la cuisson des aliments, les lames tournent à haute vitesse pendant toute la durée de la préparation, engendrant pas mal de bruit (alors qu’un blender à résistance ne mixe que par courtes sessions). Il faut donc être prêt à supporter une dizaine de minutes de mixage à haute vitesse. 

Bosch
Vitaboost
399 euros

6 programmes

Bol 2 litres

30 000 tours/mn

KitchenAid
Superblender Artisan
809 euros

Bol isolant 2,6 l

Moteur 3,5 CV

11 vitesses

Philips
Avance Collection
360 euros

Silencieux

Soupe en 4 mn

10 vitesses

Riviera&Bar
Le Boss
472 euros

Bol tritan 2,5 l

6 lames

5 programmes

Severin
SM3740
149 euros

Sonde

Abordable

5 lames inox

Vitamix
Ascent
599 euros

Puissant

Sécurisant

Lames acier

Bol, programmes, accessoires, entretien…


Les détails font le bon achat

Une fois le type de blender ciblé, il faut prendre en considération quelques critères pratiques pour choisir le bon modèle.

Bols : quelle contenance ?

Privilégier une grande contenance pour une famille et un usage fréquent. Célibataire ou en couple, un plus petit bol peut suffire, sauf si vous comptez préparer des plats pour plusieurs jours. Attention, ne pas confondre capacité utile et capacité totale (ou brute) : pour les grands volume, il peut y avoir presque un litre d’écart entre ces deux données. C’est la capacité utile qui correspond à la quantité de soupe ou de smoothie que l’on peut préparer (la capacité brute renseigne sur le volume total du récipient).

Bols : inox, plastique ou verre ?

Les blenders chauffants à résistance disposent la plupart du temps d’un bol en inox, qui maintient les préparations au chaud, ce qui est pratique. Pour préparer des recettes froides, un récipient transparent est plus confortable. Le verre présente l’avantage de ne pas se rayer ou s’opacifier au fil des utilisations et des lavages. En revanche, ce matériau est plus lourd. Les personnes qui préparent d’importantes quantités ou ont du mal à porter ont donc intérêt à privilégier un bol en plastique. Dans les deux cas, la présence d’un bec verseur sur le récipient est un plus.

Acheter un blender ? Nos conseils pour faire le bon choix

Avec ou sans programme ?

Ils sont tantôt dédiés à la préparation de soupes, de smoothies, au pilage de la glace, voire au nettoyage. Les programmes ont l’avantage d’adapter la vitesse de rotation des lames, l’alternance de rotation et arrêt de rotation des lames, éventuellement la température sans que l’on s’en occupe. C’est donc très pratique (notamment pour les préparations un peu longues comme les soupes) mais pas indispensable.

Une molette avec quelques vitesses ou un variateur précis ?

Les blenders les plus basiques proposent parfois deux ou trois vitesses seulement. Les amateurs de cuisine les plus exigeants, qui varient les recettes et textures, ont tout intérêt à choisir un blender disposant de nombreuses vitesses. Les réglages sont plus souples, permettant d’obtenir différents résultats. Certains blenders disposent de programmes et d’une molette pour régler finement la vitesse ; ils offrent le plus de liberté et de polyvalence.

Des lames démontables ?

C’est l’idéal pour assurer un lavage complet et facile de l’appareil. Les lames des blenders chauffants à résistance et blenders à friction ne sont généralement pas démontables ; ce critère doit surtout être surveillé à l’achat d’un blender classique.

Les accessoires font le prix

Les modèles d’entrée de gamme sont seulement livrés avec leur bol. En montant en gamme et en tarif, certains sont vendus avec des accessoires supplémentaires : spatule, poussoir, panier vapeur (pour les blenders chauffants à résistance), un ou plusieurs bols supplémentaires (pour hacher des herbes, concasser des noix ou des noisettes, par exemple).

 

 

Et pour préparer des jus de fruits et de légumes ?


Enfin, si l’idée est de préparer des jus, alors il y a erreur de casting. Dans ce cas, un extracteur de jus – voir notre sélection – s’avère certes moins polyvalent mais bien plus adapté à cet usage 

Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK