Siméo Thermal Cooker TCE610, la cuisson nomade

Préparation culinaire

Siméo Thermal Cooker TCE610, la cuisson nomade

le 23 avril 2019
0
0
0
0

Siméo crée le Thermal Cooker, un véritable petit ovni dans le monde de l’électroménager. Cette cantine-thermos maligne promet des repas nomades et gourmets. Elle propose bien plus que maintenir des plats au chaud, puisqu’elle réalise des cuissons « passives » : commencées sur votre table de cuisson, elles se terminent naturellement dans sa cuve. Siméo parle même de « cuisson nomade » - intriguant, n’est-ce pas ?

Notre avis sur le Siméo Thermal Cooker TCE610

 

La marque Siméo appartient au groupe alsacien Cogia, spécialiste du petit électroménager. Siméo s’est fait connaître en commercialisant de petits appareils ludiques, comme des machines à pop corn, à barbe à papa ou fontaines à chocolat. Mais la marque dispose aussi d’une gamme étendue d’appareils de petit déjeuner, de préparation culinaire et de cuisson. C’est dans ce dernier domaine que Siméo lance le Thermal Cooker, un appareil tout à fait inédit sur le marché. Il exploite de manière très bien pensée l’isolation thermique pour réaliser de la cuisson passive ou par inertie. Ce que propose Siméo, c’est carrément de changer la manière dont on envisage les pique-niques ou les repas nomades, puisque les plats chauds faits maison peuvent remplacer un sandwich mangé sur le pouce ou des snacks. On commence la cuisson à la maison sur une table de cuisson ou une gazinière, elle se termine dans le Thermal Cooker, qui en prime maintient le plat chaud. Nous ne demandons qu’à approcher cet appareil intriguant, qui sur le papier se montre bourré de qualités. Il permet en effet des cuissons douces qui respectent les aliments, des économies d’énergie, ne nécessite aucune surveillance pendant que la cuisson se poursuit et permet même d’emporter deux plats différents.

Sélectionné au Grand Prix de l'Innovation de la Foire de Paris

Siméo Thermal Cooker TCE610, la cuisson nomade
Prix de vente indicatif
130 euros
en vente

Pourquoi on craque

 


Pour la possibilité de manger des plats chauds faits maison, même en promenade

 


Pour l’économie d’énergie

 


Pour la double cuve, pratique

La cuisson passive : qu’est-ce que c’est ?


On connaît tous le principe de la bouteille isotherme qui assure le maintien de boissons au chaud - ou au froid - grâce à l’isolation thermique. D’ailleurs, si on pense souvent à y transporter du café, il est possible d’y emporter divers aliments comme des soupes, mais pourquoi pas du riz ou des pâtes… Le Thermal Cooker de Siméo exploite le même procédé en le poussant un peu plus loin, puisque la cuisson se poursuit dans la cuve de l’appareil. C’est une cuisson passive ou par inertie ; un peu le même principe que l’utilisation de la chaleur résiduelle dans un four, finalement…
On commence la cuisson directement dans la cuve en inox du Thermal Cooket sur une table de cuisson à induction ou à gaz. Selon Siméo, cette cuve à couvercle est compatible « tous feux ». Au bout d’un bref temps de cuisson - 5 à 15 minutes selon les recettes – on ferme cette cuve avec son couvercle puis on la place dans l’appareil, que l’on referme. La température atteinte pendant la cuisson « active » étant maintenue, la cuisson se poursuit. Et la promesse est très surprenante : selon la marque, on peut réaliser des plats mijotés tout simplement de cette manière. Jusqu’à présent, nous n’avions jamais imaginé préparer une blanquette en la cuisant seulement 15 minutes – et pourtant c’est bien ce que promet Siméo. C’est bien simple, d’après les mesures annoncées par la marque, au bout de 7 heures, les aliments dans la cuve sont encore à une température d’au moins 80°C – parfait pour une cuisson lente et douce. Du coup, on imagine bien réaliser des cuissons sous vide dans ce petit appareil, même si Siméo évoque plutôt des plats mijotés.
Pour que la cuisson passive fonctionne correctement, il y a tout de même quelques contraintes à respecter. D’abord, la recette doit contenir une certaine quantité de liquide : sauce, jus, bouillon, crème, sauce tomate... Car c’est ce qui assure la poursuite de la cuisson et son homogénéité. De plus, la cuve doit au moins être remplie à moitié. C’est logique, puisque pour assurer cette cuisson passive, il faut que les parois du Thermal Cooker montent un minimum en température, ce qui est impossible si la cuve ne contient qu’une petite quantité d’aliments.
On doit aussi noter que les résultats obtenus, notamment la durée de cuisson puis de maintien au chaud, peuvent varier avec la température extérieure.

Siméo Thermal Cooker TCE610, la cuisson nomade

Un petit produit bourré d’atouts


Le premier avantage de cette méthode de cuisson est l’économie d’énergie. En l’occurrence, elle n’est pas des moindres : jusqu’à 90%, assure Siméo. La possibilité de déguster des plats chauds en promenade, en pique-nique, sur un chantier… est évidemment un autre argument. Cela donne un nouveau statut au plat chaud fait maison : celui d’alternative au sandwich sur le pouce – et ça n’est pas rien. D’un point de vue gustatif, étant donné que la cuisson se poursuit dans une cuve fermée et que la température n’augmente pas, il n’y a aucun risque de surcuisson ni de dessèchement des aliments. De ce fait, aucune surveillance n’est nécessaire non plus. Enfin, les aliments étant cuits à basse température, ils préservent leurs vitamines et nutriments.


Deux cuves pour le prix d’une


Avec son Thermal Cooker, Siméo fournit deux cuves en inox. Une grande (à fond renforcé) qui contient 4 L, ainsi qu’une plus petite d’une capacité d’1 L. Elles s’emboîtent afin que la petite prenne place au-dessus de la grande. Les deux cuves peuvent être utilisées simultanément. On peut donc préparer deux plats distincts, par exemple une viande et des légumes. Le procédé de cuisson active, puis passive et de maintien au chaud sont les mêmes.

Siméo Thermal Cooker TCE610, la cuisson nomade

Une résistance pour réactiver le maintien au chaud


Siméo n’a pas seulement prévu une cuisson passive. Le Thermal Cooker est aussi pourvu d’une résistance et peut donc être branché sur une prise secteur ou une prise 12 V (bateau, camping car, caravane). Il ne s’agit pas de cuire en branchant le Thermal Cooker mais de réchauffer et maintenir au chaud.
Et comme l’appareil fonctionne selon le même principe qu’une bouteille isotherme, il peut également maintenir des préparations au frais. Pour cela, il suffit de faire la démarche inverse, en mettant la cuve qui contient les aliments au frais durant quelques heures, avant de l’installer dans le Thermal Cooker.

Siméo Thermal Cooker TCE610, la cuisson nomade
Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK