Electroménager : bien comprendre la nouvelle étiquette énergie

Le fil Homap

Electroménager : bien comprendre la nouvelle étiquette énergie

le 23 février 2021
0
Partager sur

Au 1er mars 2021, l'étiquette énergie évolue et passe de A à G. L’objectif est de fournir une information plus claire et plus pertinente aux consommateurs. Lors du choix d’un produit, on peut donc comparer la consommation, les performances, le niveau sonore... Homap décrypte cette nouvelle étiquette énergie et vous donne les clés de lecture pour un bon achat.

Pourquoi changer l'étiquette énergie ?

 

L’étiquette énergie est un affichage obligatoire lors de la vente d’appareils électroménagers et de certains appareils électriques et électroniques (lampes, téléviseurs, climatiseurs…). Depuis 1995, l’étiquette énergie permet à tous les consommateurs européens de mieux choisir leurs appareils en les comparant avant un achat, grâce à des informations objectives. En effet, toutes les indications qui y figurent découlent de mesures réalisées selon de nombreuses normes, donc toujours dans les mêmes conditions.

Mais les appareils ont tellement évolué que l’étiquette a perdu de sa pertinence. Par exemple, tous les appareils électroménagers atteignent les meilleures classes énergétiques (A+++, A++…). Quant aux classes les plus basses (B, C, D), elles figurent bien sur l’étiquette mais ne sont plus utilisées – d’autant que les appareils les moins performants sont même interdits à la vente. La Commission Européenne a donc jugé nécessaire de tout remettre à plat. C’est ainsi que l’étiquette énergie a été entièrement repensée.

Revoir intégralement l’étiquette énergie nécessite un important travail. La refonte sera donc progressive. Le 1er mars 2021, seuls certains appareils bénéficieront d’une nouvelle étiquette : les réfrigérateurs et congélateurs (y compris les modèles combinés), les caves à vin, les lave-linge, les lave-linge séchants et les lave-vaisselle. Outre les appareils électroménagers, les ampoules ainsi que les téléviseurs et « dispositifs d’affichage électronique » en profiteront également.
L’étiquette sera renouvelée pour les autres catégories d’appareils petit à petit, à commencer vraisemblablement par les sèche-linge en 2022.

 

Electroménager : bien comprendre la nouvelle étiquette énergie

Les classes énergétiques remises à plat : fini le A+++

La première grande évolution concerne les classes énergétiques, totalement revues. Les classes A+, A++ et A+++ disparaissent. L’étiquette revient, comme à son origine, à un système composé de 7 classes, qui s’étendent de A à G. Les couleurs bien connues, dégradées du vert au rouge, sont conservées.
Plus important : les calculs et conditions d’attribution des classes deviennent plus exigeants. Car le but est que cet étiquetage puisse perdurer et donc que les appareils n’atteignent pas immédiatement les meilleures classes. Actuellement, il n’est pas rare de faire un choix entre deux réfrigérateurs ou deux lave-linge classés A+++ (ils sont très répandus). Or, avec le nouveau système de classement, aucun ne devrait atteindre la meilleure classe, à savoir la classe A. Il va falloir s’habituer à choisir des appareils qui bénéficient d’une classe C ou D, tout en étant parmi les meilleurs.


Un QR Code sur l’étiquette

La nouvelle étiquette est désormais dotée d’un QR Code, que l’on pourra flasher avec son smartphone. On accédera ainsi à des informations complémentaires sur l’appareil, toujours les mêmes (ce qui permettra là encore de comparer deux modèles selon des données semblables). Ces informations proviennent d’une base de données européenne que les fabricants ont l’obligation de remplir (EPREL pour European Product Database for Energy Labelling).


Une classe pour évaluer le niveau sonore

Jusqu’à présent, l’étiquette énergie affichait le niveau sonore des appareils, exprimé en décibels (dB). Mais au moment d’acheter un produit, il n’était pas facile de savoir s’il faisait partie des modèles les plus silencieux ou les plus bruyants.
Pour mieux renseigner les consommateurs, sur la nouvelle étiquette énergie, la mesure de niveau sonore s’accompagne donc d’une classe de perception sonore (de A à D).

Ci-dessous : évolution de l'étiquette pour les appareils de froid ( guide de l'étiquette énergie Gifam)

Electroménager : bien comprendre la nouvelle étiquette énergie

Nouvelle présentation pour les appareils de froid


Pour les caves à vins, les réfrigérateurs et les congélateurs, les informations affichées sur l’étiquette énergie évoluent peu. On y trouve toujours les mêmes indications, à savoir :
- La classe énergétique (calculée selon les nouveaux critères)
- La capacité (réfrigération ou congélation en litres voire les deux pour les réfrigérateurs combinés, le nombre de bouteilles pour les caves à vin)
- La consommation annuelle
- Le niveau sonore, désormais accompagné d’une classe.
La principale évolution concerne les pictogrammes présents sur l’étiquette, qui profitent d’un lifting dans le but d’être plus compréhensibles.


Plusieurs évolutions pour les appareils de lavage

Pour les lave-vaisselle, lave-linge et lave-linge séchants, l’étiquette évolue plus en profondeur. En plus des nouvelles classes, du QR Code et de la classe de perception sonore, d’autres changements sont à signaler.
- La consommation électrique est mesurée pour 100 cycles, ce qui est clairement affiché sur l’étiquette (on pourra ainsi facilement calculer la consommation pour un cycle). Jusqu’à présent, c’est la consommation annuelle qui était indiquée. Elle était calculée sur la base de 220 cycles (ce qui était supposé représenter la consommation moyenne annuelle d’une famille de 4 personnes en Europe). À noter que pour les lave-linge séchants, on trouve cette indication pour 100 cycles de lavage puis pour 100 cycles de séchage.
- La consommation d’eau pour un cycle (le cycle choisi comme référence, à savoir « éco 40-60 » soit 40°-60° C pour les lave-linge et pour les lave-vaisselle le cycle « éco ») – alors que jusqu’à maintenant, c’était la consommation annuelle qui était affichée (sur la même base de 220 cycles).
- Une nouvelle information indique la durée des programmes de référence cités ci-dessus (en heures et minutes). Elle se présente sous la forme d’un pictogramme représentant une horloge.
- L’étiquette des lave-linge séchants compte désormais deux parties : à gauche, on trouve les indications pour le lavage ; à droite pour le séchage (consommations, capacité en kg et durée des cycles).
- Dernière évolution pour les lave-linge et lave-linge séchants : le niveau sonore pendant la phase de lavage disparaît de l’étiquette. Seul reste indiqué le niveau sonore en phase d’essorage, la plus bruyante.

Ci-dessous: évolution de l'étiquette pour le lave-linge (guide de l'étiquette énergie Gifam)

Electroménager : bien comprendre la nouvelle étiquette énergie

Comment va se passer le changement d’étiquette ?


Au 1er mars 2021 (pas avant), tous les magasins et sites de vente en ligne doivent afficher la nouvelle étiquette sur les produits concernés. Dans le cas des appareils déjà en rayons ou en ligne, ils disposent de 14 jours ouvrables pour remplacer l’étiquetage.
Normalement, tout a été pensé pour que nouvelle et ancienne étiquette cohabitent le moins possible. La seule exception concerne certains appareils d’anciennes gammes, que les vendeurs ont toujours en stock, mais qui ne sont plus fabriqués et n’auront donc pas droit à une nouvelle étiquette. Ils pourront être vendus jusqu’au 1er décembre 2021 – date à partir de laquelle l’étiquette des appareils de froid et de lavage que nous connaissons actuellement devra totalement disparaître de la circulation.


Deux étiquettes différentes dans votre carton ? Pas de panique !

Si vous achetez un réfrigérateur, une cave à vin, un lave-linge… avant le 1er mars 2021, il est possible qu’il vous soit livré avec deux étiquettes énergie différentes dans le carton : l’étiquette actuelle et la future étiquette. En effet, pour des raisons logistiques, les fabricants fournissent les deux étiquettes aux revendeurs depuis le 1er novembre 2020.
Il peut être perturbant d’avoir choisi un appareil disposant de la meilleure classe énergétique (A+++) et de recevoir aussi une étiquette sur laquelle sa classe énergétique est bien inférieure (B, peut-être même C ou D). Mais pas de panique : il s’agit bien du même appareil, dont les performances ne sont en rien dévaluées. Elles sont simplement évaluées selon des critères différents, plus exigeants. De plus, le Gifam (Groupement des marques d’appareils pour la maison), qui représente les fabricants, rappelle que le but de l’étiquette énergie est de pouvoir comparer les performances de deux appareils à un instant T. Une mission bel et bien remplie par l’étiquetage au moment où vous choisissez votre appareil (avant le 1er mars sur la base de l’étiquette actuelle ou après cette date sur la base de la nouvelle étiquette).
D’ailleurs, pour comprendre plus en détails les évolutions de l’étiquette énergie, le Gifam a édité un guide complet que vous pouvez consulter gratuitement. 

Partager sur
Les marques en campagne
Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK