Comment choisir son lave-vaisselle pour économiser son temps et son eau ?

Cuisine

Comment choisir son lave-vaisselle pour économiser son temps et son eau ?

le 4 février 2020
0
0
0
0

Combien de couverts ? Avec un panier amovible ou fixe ? Combien de programmes ? Combien de décibels pour qu’il soit silencieux ? Il sèche bien ? Et surtout quel usage avez-vous ou aurez-vous de votre lave-vaisselle ? Homap répond à toutes vos questions et vous donne ses conseils pour faire le bon choix. Avec en prime une sélection d’appareils au top…

Contrairement au lave-linge ou au réfrigérateur, le lave-vaisselle demeure un équipement secondaire : il est seulement présent dans un peu plus de 60% des foyers français (Gifam). Pourtant, il a des arguments pour séduire. De plus en plus performant, il ne dispense plus seulement d’une corvée : il permet aussi d’économiser de l’eau, car on en consomme bien plus en faisant la vaisselle à la main. Outre la réduction de la consommation, l’enjeu pour les fabricants consiste à donner confiance aux utilisateurs. Ces derniers doivent se sentir à l’aise à l’idée de charger leur lave-vaisselle sans pré-rincer leur vaisselle et la ranger sans avoir à essuyer des gouttelettes rebelles. Si on choisit bien son appareil, il n’y aucune raison de ne pas lui faire confiance. Alors, voici quelques clés…

 

 

Miele
G7312SC AutoDos
2149 euros

Dosage automatique 

 

Power Disk 

 

+ de 1000 euros

Whirlpool
W Collection
499 euros

Power Clean 28 jets

 

Silencieux

 

+ de 500 euros

Beko
AutoDose
649 euros

Dosage automatique

 

Aquaintense 

 

+ de 500 euros

Choisir le format et la capacité


Que l’on souhaite un modèle pose libre, encastrable (avec un bandeau en façade) ou «full encastrable» (avec une façade vierge et les commandes sur la tranche), ces appareils sont déclinés en deux formats : 45 cm ou 60 cm de large.
Ceux qui disposent d’une place limitée peuvent opter pour un modèle compact pose libre, qui mesure à peu près la dimension d’un four micro-ondes.
Dernier choix possible : il existe des modèles combinés, deux-en-un, avec une table de cuisson ou gazinière sur le dessus et un lave-vaisselle en partie basse, voire trois-en-un arborant en sus un four dans la partie inférieure.
Il faut ensuite choisir la capacité, exprimée en nombre de couverts : de 6 à 9 couverts pour les modèles compacts, 9 à 11 couverts pour les appareils de 45 cm et de 12 à 16 couverts pour les formats standard (jusqu’à 17 ou 18 couverts chez de rares fabricants).


Mais à quoi correspond «un couvert» ?

Il s’agit d’une norme européenne (que l’on retrouve sur l’étiquette énergie) pour mesurer la capacité d’accueil. Un couvert correspond à la vaisselle considérée nécessaire pour le repas d’une personne, soit : 3 assiettes (plate, creuse, à dessert), un couteau, une fourchette, 3 cuillères (à café, à dessert, à soupe), une tasse avec sa sous-tasse et un verre. La charge totale comprend aussi la vaisselle de service : une fourchette, deux cuillères, un plat ovale, deux plats ronds, ainsi qu’un bol.


Pour choisir la bonne capacité, il ne faut pas seulement tenir compte du nombre de personnes vivant dans le foyer, mais plutôt des habitudes !

D’autant que tout le monde n’utilise pas trois assiettes par personne à chaque repas ! Demandez-vous si vous salissez beaucoup de vaisselle en cuisinant, si vous utilisez des plats de service quotidiennement, si vous possédez beaucoup de vaisselle, si vous recevez souvent… Par exemple, un couple qui reçoit souvent et cuisine beaucoup aura au moins besoin d’un appareil de même capacité qu’une famille de 4 personnes qui n’utilise qu’une assiette et un couvert par personne à chaque repas.

Asko
DSD644G
1889 euros

Encastrable

 

Moteur induction

 

+ de 500 euros

Smeg
LVAB
1499 euros

Esthétique 50'S

 

Quicktime pour cycle rapide

 

+ de 1000 euros

Electrolux
ComfortLift
1149 euros

Panier inférieur s'élevant au niveau du panier supérieur

 

Silencieux

 

+ de 500 euros

L’efficacité de lavage… et de séchage

L’idéal, c’est tout de même de ne pas prélaver ou rincer la vaisselle, ce que beaucoup trop d’utilisateurs font encore. Pour éviter ces gestes pénibles qui gaspillent de l’eau, les fabricants redoublent d’ingéniosité : bain de vapeur avant le lavage pour ramollir les salissures, programme de trempage ou encore optimisation des bras d’aspersion. Ces critères, une fois encore, font sens ou non selon les habitudes de consommation du foyer : gratins, purée ou aligot engendrent des salissures bien plus tenaces que salades ou légumes cuits à la vapeur.
Outre le matériau du bras d’aspersion (l’acier remplace parfois le plastique), il faut observer sa forme et sa position, qui donnent des indications sur la manière dont l’appareil lave la vaisselle et sur la façon dont on devra le charger. Sur certains, le bras au fond est doublé, les jets d’eau à haute pression cherchant à atteindre tous les éléments à laver. Pour répondre à cette problématique, les constructeurs ne manquent pas d’inventivité : bras qui se déplace d’avant en arrière durant le lavage ou encore bras installés le long des parois pour envoyer des jets «inclinés», afin de laver des poêles ou casseroles même installées verticalement, bras multidirectionnel pourvu d’une pale qui tourne au bout du bras. Enfin, certains lave-vaisselle promettent de laver de manière plus intensive certaines zones où il suffit d’installer la casserolerie.
Quant au séchage, il ne doit pas non plus être négligé, car il n’est pas souhaitable de devoir essuyer la vaisselle après un cycle. D’autant que les éléments les plus complexes à sécher sont ceux en plastique, de plus en plus courants.
Les fabricants innovent aussi pour assurer le meilleur séchage : ouverture automatique de la porte en fin de cycle pour éviter l’accumulation de vapeur dans la cavité, combinaison d’un ventilateur d’air sec et d’un condenseur pour récupérer la vapeur puis la transformer en eau ou encore utilisation d’un minéral (la Zéolite) qui absorbe l’humidité tout en dégageant de la chaleur.

Samsung
Waterwall
999 euros

Bras d’aspersion WaterWall


Un programme rapide 38 min

 

+ de 500 euros

Schneider
SDW1444VR

14 couverts

 

Look vintage

 

+ de 500 euros

Indesit
DSFC3T117
449 euros

45 cm

 

Moteur induction

 

Moins de 400 euros

L’ergonomie : un point déterminant


Que vous l’utilisiez tous les jours ou une fois par semaine, autant privilégier un modèle pratique à utiliser et surtout à charger. N’hésitez pas à ouvrir et manipuler le lave-vaisselle avant de le choisir, voire à simuler son chargement. Plus son intérieur est modulable, plus il pourra s’adapter lors de chaque charge.

Plus on compte de picots rabattables, plus l’espace s’adapte
Certains fabricants équipent ces picots mobiles de plots de couleur pour les repérer facilement.

La présence d’un tiroir supérieur supplémentaire pour les couverts peut être un plus
Il permet de gagner de la place dans le tiroir inférieur, qui se dispense de panier à couverts. Sur certains modèles, ce tiroir est réglable en hauteur, voire modulable grâce à des espaces mobiles. Cela permet d’accueillir aussi des ustensiles et accessoires comme fouets, louches, ramequins, moules individuels, voire tasses à café et verres à eau.
Les amateurs de vin peuvent apprécier la présence de supports rabattables dans lesquels caler les verres à pieds.
Certains lave-vaisselle disposent d’un panier central à hauteur réglable
Il est fort pratique pour caler des récipients imposants dans le tiroir inférieur, comme cocottes et fait-tout.

 

 

Siemens
iQ500
999 euros

Intérieur modulable


Silencieux


+ de 500 euros

LG
DF415HMS
749 euros

Bain de vapeur TrueSteam


Silencieux (38 dB)


+ de 500 euros

Rosières
TRM60RB/NG

6 couverts 3 en 1

 

Four + table de cuisson 

 

+ de 500 euros

La consommation et le niveau sonore


Le lave-vaisselle permet d’économiser de l’eau : il consomme seulement une dizaine de litres par cycle, voire moins, alors qu’en lavant la vaisselle à la main, on en consomme jusqu’à cinq fois plus. La consommation électrique y est étroitement liée : plus l’appareil utilise d’eau, plus il faut en chauffer, ce qui consomme de l’électricité. D’ailleurs, certains modèles haut de gamme peuvent être raccordés directement à une arrivée d’eau chaude, afin d’économiser de l’électricité.
Certaines options contribuent à économiser de l’énergie, comme le programme éco (qui convient à de la vaisselle normalement sale), l’option demi-charge, le ciblage de l’intensité des jets sur certaines zones ou encore la présence de capteurs qui évaluent la saleté de l’eau, permettant au lave-vaisselle d’adapter la température de l’eau et la durée du cycle selon la saleté de la vaisselle.
Les consommations d’eau et d’électricité figurent sur l’étiquette énergie, ce qui peut servir de point de repère au moment de l’achat (en gardant à l’esprit que tous les lave-vaisselle mis en vente arborent au minimum une classe énergétique A+).

Le niveau sonore
Si vous disposez d’une cuisine ouverte sur le séjour ou d’un petit appartement où l’appareil risque de fonctionner la nuit, mieux vaut privilégier un appareil silencieux (45 dB ou moins). Certains modèles disposent d’un programme spécial «nuit». Sachez qu’une augmentation de 3 dB double la perception du bruit.
Si le lave-vaisselle est isolé dans une buanderie ou une cuisine fermée, ce critère n’est pas primordial.

Bosch
SKS62E22EU
438 euros

Encastrable

 

Ecosilentdrive

 

+ de 500 euros

Brandt
DFH12227W

12 couverts 

 

Silencieux

 

Moins de 500 euros

Hotpoint
HFO3C22WX
599 euros

14 couverts 

 

Silencieux

 

+ de 500 euros

Des options qui font grimper le confort et la facture


Le choix des matériaux
Certains lave-vaisselle sont intégralement construits en acier inoxydable, y compris le bras d’aspersion et tous les picots, un gage de robustesse.

L’ouverture assistée
Sur les modèles encastrables, où l’on appuie légèrement sur la porte pour l’ouvrir et sa version plus chic où l’on «toque» à la porte. Les appareils qui en sont dotés se passent de poignée.

La projection d’un affichage numérique au sol
Option qui offre la possibilité de suivre l’évolution du cycle ; elle concerne les modèles encastrables.

La présence d’un programme «fragile»
Pour ne pas abîmer le service de grand-mère ou d’un programme dédié au lavage des verres.

Le départ différé
Pratique pour profiter des heures creuses, est présent sur de nombreux modèles (mais programmable seulement quelques heures avant sur certains).

Eclairage intérieur
Les modèles toutes options proposent parfois d’éclairer la cavité par des Leds, pour faciliter le chargement et le déchargement.

La connectivité
Certains fabricants ont choisi de connecter leur lave-vaisselle en Wi-Fi. Lancer un cycle à distance ne nous semble pas très pertinent, mais cela constitue surtout une aide précieuse pour le diagnostic à distance, en cas de panne. Certains lave-vaisselle connectés proposent aussi un suivi des consommations, ainsi qu'une précieuse aide à l'entretien.

Détection de fuites
On n’espère jamais une fuite, certes, mais quelques modèles sont capables de les détecter, pour éviter de transformer la cuisine en spa. Cela peut rassurer.

Plus vite que vite
Certains lave-vaisselle proposent un cycle ultra rapide – de l’ordre de 1 h, voire encore moins. C’est pratique, même si l’on doit retenir que ces cycles conviennent seulement au lavage d’une vaisselle peu sale.

Le dosage automatique.

Quelques lave-vaisselle le proposent - soit à utiliser avec des produits de lavage et de rinçage classiques, soit en adoptant un disque contenant ces produits sous la forme de granulés. L’avantage : un dosage parfait du détergent qui permet de faire des économies et d’obtenir un lavage parfait adapté à l’état de la vaisselle. De plus, la réserve de détergent permet de tenir quasiment un mois sans s’en préoccuper.

Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK