Préserver les exploitants ruraux face aux géants de l’agro-alimentaire

Le fil Homap

Préserver les exploitants ruraux face aux géants de l’agro-alimentaire

le 27 septembre 2021
0
Partager sur

Alors que le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires s’est tenu le 23 septembre dernier, le FIDA (Fonds International de Développement Agricole) s’engage en faveur des petits exploitants. Objectif : leur garantir des salaires décents et de meilleures conditions de travail à l’heure où les grandes centrales d’achats se taillent la part du lion.

Garantir des salaires décents aux petits exploitants

Consommer moins, mais mieux, c’est une tendance à laquelle beaucoup s’engagent, en consommant local ou en adoptant des comportements écoresponsables. Et si ces notions font écho auprès de certains, ce n’est pas le cas partout dans le monde. En effet, selon un rapport publié par le FIDA, les bénéfices réalisés par les grandes entreprises alimentaires continuent d’augmenter, tandis que les personnes qui produisent, transforment et distribuent les aliments font face à la pauvreté et à la faim. C’est pourquoi Gilbert F. Houngbo, Président du FIDA, a tiré la sonnette d’alarme à l’occasion du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires. « Il est tragiquement ironique que ceux qui produisent les aliments que nous consommons n’aient pas les moyens d’assurer à leur propre famille une alimentation saine et nutritive. Ces familles d’agriculteurs, qui n’ont ni épargne ni accès à des financements, sont en outre démunies face aux changements climatiques et autres chocs. Le Sommet sur les systèmes alimentaires est l’occasion de nous engager à apporter des changements concrets ».

Consommer local et favoriser les commerces de proximité

Les petits exploitants ruraux qui travaillent dans des exploitations de moins de 2 hectares produisent plus de 30% des denrées consommées dans le monde, et jusqu’à 80% dans certaines régions d’Afrique et d’Asie. Pourtant, seuls 6,5% du prix de vente au supermarché sont versés à l'agriculteur, quand les négociants, l’industrie agro-alimentaire et les détaillants se taillent la part du lion. Le FIDA invite donc les gouvernements à collaborer avec le secteur privé, en vue de mettre en œuvre des politiques qui favorisent la création d’emplois, des salaires décents et de meilleures conditions de travail. Et pour cela, l’accent doit être mis sur les petites entreprises locales qui interviennent dans l’ensemble des systèmes alimentaires et produisent, transforment et distribuent les denrées. Un changement de comportement qui doit être mené en lien avec les dirigeants mondiaux, mais que chacun peut également mener à son propre niveau en favorisant les produits locaux et les commerces de proximité.

Partager sur
Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK