Climatiseur mobile, ce qu'il faut savoir avant d'acheter

Confort/Hygiène

Climatiseur mobile, ce qu'il faut savoir avant d'acheter

le 14 juin 2021
0
Partager sur

Le climatiseur mobile est une option tentante pour obtenir un peu de fraîcheur quand le thermomètre grimpe dans le rouge. Cependant, ces appareils sont aussi contestés pour des raisons que nous n'éludons pas, afin de vous permettre d'acheter en connaissance de cause. Et si vous êtes décidés, voici nos conseils et notre sélection pour choisir le meilleur climatiseur mobile.

Pourquoi s’équiper d’un climatiseur mobile ? 

Le climatiseur mobile constitue une solution de rafraîchissement qui peut se montrer attrayante, puisqu’elle permet de faire baisser la température de quelques degrés. Un tel appareil est suffisant pour offrir un peu de fraîcheur dans le cadre d’une utilisation ponctuelle lors des épisodes de canicules. Le prix d’une « clim mobile » est en outre plus abordable que celui d’un climatiseur mural (split) – on peut s’en procurer une à partir d’environ 300 euros. De plus, l’installation de cet appareil ne nécessite pas de travaux et on peut facilement le ranger dans une cave, un garage ou une buanderie pendant l’hiver. Par ailleurs, cet équipement peut être déplacé de pièce en pièce (grâce à ses roulettes), par exemple pour rafraîchir le séjour ou un bureau en journée et une chambre la nuit. 

Autre avantage : contrairement au ventilateur qui apporte une sensation de fraîcheur lorsqu’il brasse l’air, le climatiseur fait baisser la température de plusieurs degrés, si bien que la sensation de fraîcheur perdure après l’arrêt de l’appareil.

Acheter le bon climatiseur
Bon à savoir

Attention, il s’agit d’un appareil gourmand en énergie. Si vous le laissez fonctionner longtemps, cela va se ressentir sur votre facture d’électricité

Bon à savoir

La plupart des modèles sont des climatiseurs mobiles monoblocs. Ils sont reliés à un large tuyau, destiné à évacuer l’air chaud à l’extérieur

Bon à savoir

Veillez à choisir un modèle adapté aux dimensions de la pièce à rafraîchir : 100 W par m2, ou 30 à 40 W par m3

Des détails, pas sans importance, à connaître avant d'acheter

Si les climatiseurs mobiles semblent présenter de nombreux avantages, il faut tout de même prendre en compte certains inconvénients et contraintes avant de se précipiter. 

D’abord, il s’agit d’un appareil gourmand en énergie. Même en optant pour un modèle moins énergivore que d’autres, si vous le laissez fonctionner une bonne partie de la journée pendant tout l’été, cela va se ressentir sur votre facture d’électricité.
De plus, le climatiseur mobile est assez bruyant, et ce même lorsqu’il fonctionne à faible vitesse.
Enfin, quel que soit le modèle choisi (monobloc ou en deux parties), il faut obligatoirement laisser une fenêtre ou une porte entrebâillée – soit pour laisser passer la gaine flexible qui évacue l’air chaud à l’extérieur, soit le tube qui relie les deux unités. De ce fait, ce type d’appareil n’est pas adapté à tous les intérieurs, par exemple un rez-de-chaussée donnant sur la rue…
Pour finir, attention à l’utilisation. En période de canicule, il peut être tentant de faire fonctionner un climatiseur à plein régime pour se sentir bien au frais. Mais pour éviter les chocs thermiques, l’écart entre la température intérieure et la température extérieure ne doit pas être supérieure à 5 ou 7°C. De plus, en plein été, l’Ademe (Agence de la transition écologique) recommande que la température intérieure ne soit pas inférieure à 26°C.

Climatiseur monobloc ou bibloc ?

La plupart des modèles vendus sur le marché sont des climatiseurs mobiles monoblocs. Ils sont reliés à un large tuyau, destiné à évacuer l’air chaud à l’extérieur. Ils sont faciles à installer et à déplacer d’une pièce à l’autre – il suffit de les placer à proximité d’une fenêtre ou d’une porte donnant sur l’extérieur.
Il existe également des climatiseurs biblocs, composés de deux unités reliées par un tube dans lequel circule le fluide frigorigène : l’unité extérieure évacue l’air chaud tandis que celle placée à l’intérieur ventile l’air rafraîchi. Ils présentent l’avantage d’être plus performants et surtout plus discrets, l’unité la plus bruyante étant installée à l’extérieur. L’inconvénient c’est qu’ils nécessitent un rebord de fenêtre, un balcon ou un support pour accueillir l’unité extérieure. De plus, le bruit peut gêner les voisins s’ils sont proches.

La sélection Homap
Whirlpool
PACW29HP
De 550 à 599 euros

3 000 watts - A +

64 dB

Clim & Chauffage

Beko
BA112C
De 600 à 449 euros

3 500 watts - A

65 dB

Jusque 35 m2

DeLonghi
PAC EL92 Silent
De 650 à 699 euros

2500 watts - A+

62 dB

Déshumidifie et ventile

Ventilation, purification et déshumidification

Tous les modèles du marché servent également de ventilateur, de purificateur et de déshumidificateur, mais avec quelques options supplémentaires pour certains.
Si tous les climatiseurs mobiles ventilent l’air frais dans la pièce, disposant de « pales » généralement orientables, sur certains, ces éléments oscillent pour diffuser l’air de manière plus homogène dans la pièce.
De même, dès l’entrée de gamme, les climatiseurs mobiles sont pourvus de filtres pour purifier l’air avant de le ventiler dans la pièce. Ce système de filtration est plus ou moins élaboré. Il retient au minimum les poussières, cheveux et poils d’animaux. Les plus complets proposent des systèmes de filtration semblables à ceux des purificateurs d’air, filtrant aussi les particules les plus fines (grâce à un filtre HEPA), voire les odeurs (via un filtre à charbon actif).
Enfin, dès l’entrée de gamme, ces appareils disposent d’une fonction de déshumidification. Sur certains modèles, celle-ci peut fonctionner seule, ce qui permet par exemple d’utiliser l’appareil dans une buanderie ou en hiver si l’habitation est humide. Si cette fonction vous intéresse, sachez que la capacité de déshumidification (exprimée en litres par jour ou en litres par heure) n’est pas identique sur tous les climatiseurs – à vérifier, donc.

 

La puissance frigorifique en kW

Elle s’exprime en kW (comme sur l’étiquette énergie) ou est parfois communiquée en W. Cette valeur indique la capacité de refroidissement de l’appareil. Bien entendu, plus elle est élevée, plus l’appareil consomme d’électricité. Mais plus la pièce à rafraîchir est grande, plus il faut opter pour un appareil puissant. En effet, choisir un modèle qui n’est pas assez puissant est contre productif, car dans ce cas il fonctionne à pleine vitesse constamment et surconsomme.
Les distributeurs recommandent de prévoir 100 W par m2 (pour une hauteur de plafond standard de 2,50 m) ou 30 à 40 W par m3.
Il faut veiller à choisir un modèle adapté aux dimensions de la pièce que l’on souhaite rafraîchir. En l’occurrence, les plus « petits » climatiseurs sont destinés à des pièces de dimensions réduites (environ 15 m2) tandis que certains modèles peuvent rafraîchir de plus grandes pièces (jusqu’à environ 35 m2).

La sélection Homap
Black & Decker
BXPAC9000E
De 500 à 549 euros

2650 watts - A

63 DB

Jusque 26 m2

Electrolux
EXP34U338CW
De 650 à 699 euros

3400 watts - A

Clim & Chauffage

64 dB

Rowenta
AU4010F0
De 350 à 399 euros

2 000 wats - A

65 dB

Jusque 23 m2

La consommation électrique

La classe énergétique qui figure sur l’étiquette énergie permet de choisir un appareil parmi les moins énergivores. Cet affichage indique également combien l’appareil consomme en une heure d’utilisation (en kWh). Mais attention, les climatiseurs mobiles demeurent d’importants consommateurs d’énergie. D’autant qu’ils nécessitent de laisser une porte ou une fenêtre entrebâillée, ce qui laisse inévitablement entrer de la chaleur.
Certains sont d’ailleurs vendus avec une housse d’isolation à installer sur la fenêtre pour limiter l’entrée d’air chaud.
Sur l’étiquette énergie, on trouve également l’affichage de l’EER (Energy Efficiency Ratio ou coefficient d’efficacité frigorifique). Il s’agit du rapport entre la puissance de refroidissement et l’énergie consommée – donc plus l’EER est élevé, moins le climatiseur est énergivore. Il y a un lien direct entre l’EER et la classe énergétique (pour une classe A, l’EER est compris entre 2,6 et 3,1).

Attention au niveau sonore

Vous l’aurez compris, il peut rapidement grimper, surtout si vous optez pour un climatiseur monobloc. Veillez à choisir un appareil peu bruyant, en particulier si vous comptez l’installer dans une pièce de vie comme un séjour ou une chambre. Le niveau sonore figure sur l’étiquette énergie.
Certains modèles disposent d’un mode nuit, dans lequel ils fonctionnent à basse vitesse pour limiter le bruit et la sensation de froid ; mais le moteur reste toutefois bruyant.

La sélection Homap
Climadiff
CLIMA7K1
De 350 à 399 euros

2 000 watts -A

63 dB

Jusque 23 m2

Taurus
AC 280 KT
De 350 à 399 euros

2640 watts - A

65 dB

Jusque 35 m2

Hisense
APC09
De 250 à 499 euros

2600 watts - A

64 dB

jusque 35 m2

 Les modèles réversibles


Il existe des climatiseurs mobiles réversibles, qui se transforment en chauffage d’appoint en hiver. Attention, comme la fonction climatiseur, celle de chauffage reste destinée à une utilisation ponctuelle, véritablement d’appoint. Et gare aux modèles équipés d’une résistance chauffante, particulièrement énergivores – l’Ademe (Agence de la transition écologique) met en garde contre ce type d’appareils. Ces modèles multifonction arborent deux classes énergétiques sur leur étiquette énergie (en mode rafraîchissement et en mode chauffage)

 

La sélection Homap
Hyundai
HY-CLM09KR
De 250 à 299 euros

2 600 watts - A

65 dB

Jusque 20 m2

Olimpia
Splendid Dolceclima
De 350 à 399 euros

1000 watts - A

63 dB

Compact

Daewoo
SYM4718
De 350 à 399 euros

2600 watts - A

2 vitesses

65 dB

Télécommande et programmation

La plupart des modèles sont programmables, disposant d’une fonction de démarrage différé ou de minuterie. Cela peut être pratique pour programmer le rafraîchissement avant de rentrer chez soi, par exemple ou bien dans une chambre avant l’heure du coucher. Pour une gestion facilitée où que l’on soit, certains climatiseurs sont connectés en Wi-Fi et peuvent donc être démarrés ou pilotés à distance depuis un smartphone. Parmi ces derniers, certains sont même compatibles avec les assistants vocaux, ce qui offre la possibilité de les contrôler vocalement.
Pour assurer les réglages, tous les climatiseurs ne sont pas fournis avec une télécommande, un accessoire qui peut s’avérer utile. En outre, la télécommande de certaines références plus élaborées intègre un thermostat pour que l’appareil assure la température souhaitée à proximité de l’utilisateur.
Enfin, il existe des modèles « intelligents » qui adaptent automatiquement les modes et les réglages (vitesse, chauffage ou rafraîchissement, déshumidification ou non…) pour atteindre la température souhaitée dans les meilleures conditions de confort.
Il faut enfin noter que certains climatiseurs affichent la température en façade, pour la contrôler d’un seul coup d’œil.

Les Rafraichisseurs d'air
Beko
EFE6030W
De 100 à 149 euros

Rafraichisseur d'air

62 dB - 8 litres 

3 vitesses

EWT
MULTIPRO4IN1
De 150 à 199 euros

Rafraichisseur d'air

5,5 l - 55 dB

Réservoir 5 l

Delonghi
EV250
De 100 à 249 euros

Rafraichisseur d'air

3 vitesses - 53dB

Réservoir 4,5 l

Comment rafraîchir son intérieur sans climatiseur

Même si les constructeurs font des efforts pour réduire la consommation électrique de leurs appareils et utilisent des gaz frigorigènes dont l’impact sur l’environnement est réduit (R32 et R290), les climatiseurs demeurent des appareils polluants. Ils s’avèrent parfois indispensables pour protéger la santé des personnes les plus fragiles - comme les personnes âgées ou les enfants en bas âge. 

Mais parfois, en adoptant quelques gestes pour garder la fraîcheur dans son intérieur, on peut s’en passer. D’abord en gardant les fenêtres fermées dès que les températures extérieures grimpent et en aérant de préférence le soir et la nuit quand elles redeviennent plus fraîches, le tout en faisant circuler l’air. Dès que le soleil tape sur les fenêtres et les baies vitrées, fermer les stores et volets évite de laisser entrer la chaleur. On peut éventuellement s’équiper de stores intérieurs, de préférence de couleur claire. L’utilisation d’appareils électriques qui font grimper la température est à limiter autant que possible (four électrique bien entendu, mais aussi téléviseur, console de jeux…).
Enfin, en alternative aux climatiseurs, il existe des rafraîchisseurs d’air – moins élaborés mais également moins chers, moins énergivores et moins polluants. Il s’agit de ventilateurs agrémentés d’un bac à eau fraîche ou à glaçons qui fonctionnent par évaporation.

Trouver le meilleur climatiseur mobile sur
Partager sur
Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK