"Aliments Made in France : stop aux arnaques" selon foodwatch

Le fil Homap

"Aliments Made in France : stop aux arnaques" selon foodwatch

le 31 juillet 2021
0
Partager sur

C'est vrai que depuis un certain temps, le drapeau français ou ses couleurs Bleu Blanc Rouge sont de plus en plus présents sur les emballages de produits alimentaires. Même le vrac est touché comme le décrit foodwatch qui lance une nouvelle pétition pour que le Fait en France le soit vraiment...

Le Made in France fait vendre

Trois personnes sur quatre sont prêtes à payer plus cher un produit ‘made in France’ (Ifop). Partant de là, foodwatch pense  "aux industriels de l’agroalimentaire qui ont flairé la bonne affaire et n’hésitent pas à survendre l’origine de leurs produits à coup de drapeau bleu-blanc-rouge ou de carte de France, y compris quand aucun des ingrédients n’est français"

« Les étiquettes des aliments regorgent d’inventivité pour leurrer les consommateurs qui croient, à tort, soutenir les filières françaises. Mais souvent, les aliments sont uniquement cuisinés ou mis en pot en France mais avec des ingrédients qui viennent parfois de très loin. Nous avons un nombre infini d’exemples d’arnaques que nous épinglons régulièrement. Mais les pointer du doigt ne suffit plus. Ce n’est pas à nous de faire les gendarmes. Il faut maintenant une action politique forte pour empêcher ces abus », explique Camille Dorioz, responsable de campagnes chez foodwatch.

 

Quelques exemples décrits par foodwatch

Bleu-blanc-rouge et drapeau: le Blanc de poulet Fleury Michon rôti à la broche annonce être cuisiné en France avec drapeau bleu-blanc-rouge à l’appui mais la viande est mystérieusement originaire de… l’Union européenne (UE) ; la pâte à Pizza à l’huile d’olive de Croustipate est ornée d’un grand bandeau bleu-blanc-rouge, est pétrie en France mais l’origine du blé serait allemande ou luxembourgeoise selon le service consommateurs.
Carte de France: le potage bio Intermarché/Saint Eloi « Velouté duo de courges, fromages frais et muscade » présente une carte de France tricolore à l’avant de l’emballage mais aucun des principaux ingrédients annoncés n’est français ; le délice de tomates séchées d’Albert Ménès affiche une carte de France et la mention « fabriqué en Provence » mais l’origine des tomates n’est pas indiquée.
Peu d’ingrédients français: le ravioli bolognaise Panzani en conserve se vante de contenir de la viande bovine française (logo à l’appui) mais ce plat contient aussi de la viande de porc et se garde bien de vous indiquer l’origine précise du porc qui provient… de l’Union européenne ;
L’adresse française qui embrouille: le miel d’oranger bio de marque Besacier valorise sur l’étiquette son savoir-faire depuis 1905 et son adresse en France. Mais en retournant le bocal et en l’exposant à la lumière du jour, on découvre une discrète écriture à même le verre : le miel vient en réalité du Mexique. Les myrtilles de la confiture de Lucien Georgelin fabriquée en France avec son bandeau tricolore bien visible proviennent en fait de Pologne et de Lituanie selon le service consommateurs.
Erreur au rayon fruits et légumes: Les avocats baby vendus par trois chez Carrefour sont annoncés en rayon comme d’origine France mais ils proviennent d’Afrique du sud. Leur emballage indique qu’ils sont « contrôlés et emballés » en France et présente un beau drapeau français. Il n’en a pas fallu davantage pour confondre les employés qui ont renseigné « France » dans les rayons. De même chez Super U, le mélange de champignons de culture et sauvages en barquette émincés et a préparés en France sont renseignés comme étant d’origine France alors que le champignon le plus présent est polonais.

"Aliments Made in France : stop aux arnaques" selon foodwatch

 Texte de la pétition, pour signer c'est ici

"Monsieur le ministre de l’Agriculture et de l’alimentation,

Monsieur le ministre de l’Economie,

Face à un nombre impressionnant d’arnaques au « made in France », nous vous demandons d’encadrer de façon bien plus stricte et efficace l’usage des noms et symboles nationaux sur la face avant des produits alimentaires. Carte de France sur une tarte aux framboises Carrefour dont les framboises viennent d’Amérique du Sud, miels flanqués d’une adresse française alors qu’ils viennent d’Amérique du sud, drapeau bleu blanc rouge sur des cornichons venant d’Inde... Nous ne pourrons pas vous citer ici tous les produits que foodwatch a épinglés au fil des années. Pour ces exemples, les industriels ont fini par reconnaître leur « erreur » et ont modifié leurs emballages. Pourtant dans les rayons, les arnaques sur l’étiquette continuent de pulluler.

Le gouvernement incite les citoyen.nes à consommer français. Et trois sur quatre n’hésitent pas à débourser plus pour acheter « made in France ». Problème : les produits n’ont jamais autant arboré de marketing « bleu-blanc-rouge » alors que, pour beaucoup, cela ne se justifie pas du tout. Certains produits ont juste été emballés en France, certains juste cuisinés en France, certains mettent en avant un ingrédient français alors que la majorité des ingrédients du produit n’ont pas pour origine la France. foodwatch a aussi noté l’utilisation d’un nom de marque ou une adresse française habilement placés pour induire en erreur le consommateur.

Pour les citoyen·nes, pour les consommateurs et consommatrices, pour les électeurs et électrices, la coupe est pleine. Nous cherchons à soutenir les productions françaises et nos agriculteurs même si le produit est plus cher, mais comment faire lorsque les symboles tricolores et cartes de France à l’avant des produits nous induisent en erreur sur la véritable origine des produits ? Il est nécessaire de mettre d’abord de l’ordre dans cette jungle tricolore.

Pour mettre fin à ces abus, nous vous demandons de renforcer la réglementation sur le marketing « made in France", et d’encadrer plus strictement l’usage des symboles faisant référence à la France sur la face avant des produits alimentaires :

Soit les ingrédients principaux sont français et les symboles « made in France" peuvent être utilisés en face avant;
Soit ils ne le sont pas, et les symboles et références « made in France » doivent être exclus ou être accompagnés sur la face avant des produits des informations claires sur la véritable origine des ingrédients hors France, en taille identique et à proximité du dit symbole."

A lire également…
Trop salées, trop sucrées, voire plus chères, Foodwatch dénonce les mayonnaises allégées
Partager sur
Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK