Cafetière italienne ou à piston, pour faire son café  en prenant et remontant  le temps

Tendance

Cafetière italienne ou à piston, pour faire son café en prenant et remontant le temps

le 23 janvier 2022
0
Partager sur

Les puristes adeptes de petit noir connaissent bien ces équipements qui leur permettent de préparer manuellement leur espresso sans passer par une cafetière électrique. De la macchinetta, cette cafetière moka italienne à la cafetière à piston, tour d’horizon de ces machines ingénieuses au design vintage.

Qu'est-ce qu'une cafétière Moka, à piston ou italienne ?

Vous avez peut-être découvert chez vos grands-parents ces étranges équipements qui permettaient de réaliser son café sans passer par une machine à café ni cafetière électriques. De la cafetière à piston à la cafetière italienne baptisée Cafetière Moka, ces petits équipements font leur grand retour, profitant de la tendance vintage en cuisine !
La Macchinetta, surnom affectueux attribuée à la cafetière Moka est un objet iconique du design italien mais surtout symbole de l’histoire industrielle de l’Italie. Créée et brevetée par le fabricant cisalpin Bialetti en 1933, elle a originellement été conçue en aluminium. La période mussolinienne avec ses méfaits a été cependant aussi marquée par le développement industriel et notamment l’usage de matériaux tel l’aluminium et l’inox dans la région des grands lacs. En parallèle, le colonialisme italien s’est assorti du commerce de café en provenance d’Afrique. Les italiens épris d’espresso à leur bar muni de percolateurs ont ainsi rapidement adopté à la maison la cafetière Moka Express en reprenant le terme de café Moka exporté de la ville yéménite du même nom d’où transitaient des tonnes de café vers l’Italie et l’Europe. Après-guerre, la Macchinetta a rapidement conquis l’Europe, en étant symbole du design mais aussi et surtout de la dolce vita. De même, la fabrication a été reprise par des fabricants étrangers tant son système est ingénieux.

Cafetière italienne ou à piston, pour faire son café  en prenant et remontant  le temps
Une mouture trop grossière risque de limiter les effluves aromatiques. A l’inverse, un café en grain moulu trop finement confèrera de l’amertume à votre espresso sans compter des traces de café résidentes dans votre tasse.

Comment fonctionne la  Machinetta ?

A la forme en aluminium octogonale avec des lignes biseautées, la Macchinetta se compose de deux parties et d’un bec verseur, le tout associé à une poignée latérale. Son fonctionnement est basé sur le principe d’évaporation sur lequel repose la percolation. Le réservoir d’eau est installé à la base de la petite machine. Ce dernier est rattaché via un joint étanche à la partie supérieure comprenant un second réservoir avec un tamis accueillant le café en poudre. Une fois posé sur un feu de cuisson, l’eau va chauffer et s’évaporer, l’effet dans la partie supérieure jouant la fonction de filtre. Assurée par la séparation entre les deux parties d’un pas de vis et son joint, la pression obtenue lors de l’évaporation de l’eau va permettre ainsi le transfert du liquide, recueilli dans le réservoir de la partie supérieure. L’étape de percolation assure ainsi un espresso réalisé simplement avec en prime, la garantie d’un nectar ravissant les afficionados de petit noir.

Subsistent cependant quelques précautions à prendre à commencer par le dosage du café moulu et sa qualité de mouture. D’ores et déjà, rien ne vous empêche de moudre au préalable vos grains de café, achetés auprès de votre torréfacteur. N’hésitez pas lui demander ses conseils afin de moudre de façon équilibrée vos grains. Une mouture trop grossière risque en effet de limiter les effluves aromatiques. A l’inverse, un café en grain moulu trop finement confèrera de l’amertume à votre espresso sans compter des traces de café résidentes dans votre tasse. A moins d’être épris des prédictions à travers la lecture de marc de café dans votre tasse, il s’agit de trouver le juste équilibre. Le dosage doit être aussi mesuré. Vous remplirez l’emplacement dédié au café dans la partie supérieure, avec un léger cône sans en rajouter. Une fois acquise sa macchinetta, à vous de la culotter en l’utilisant une à deux fois au préalable. Côté entretien, contentez-vous de la laver à l’eau chaude sans jamais utiliser de détergent. 

Acheter la bonne cafetière à l'italienne
Bon à savoir

A la forme en aluminium octogonale avec des lignes biseautées, la Macchinetta (ou Moka) se compose de deux parties et d’un bec verseur

Bon à savoir

La traditionnelle cafetière Moka est en aluminium. Elle peut donc être utilisée sur un feu gaz ou vitrocéramique mais sera incompatible avec l’induction. 

Bon à savoir

D’un fonctionnement également simple, la machine à piston assure une dégustation des arômes d’un petit noir en mettant en œuvre le principe d’infusion.

D'où vient la cafetière Moka ?

La traditionnelle cafetière moka est en aluminium. Elle peut donc être utilisée sur un feu gaz ou vitrocéramique mais sera incompatible avec l’induction. Les propriétaires de plaques induction se tourneront donc sur une cafetière moka fonctionnant comme la traditionnelle macchinetta mais fabriquée aujourd’hui en acier inoxydable, compatible tous feux y compris l’induction. Les conditions d’entretien seront semblables avec un lavage à l’eau chaude et d’un coup d’éponge pour nettoyer les résidus de café. La cafetière moka est désormais un objet de l’histoire du design italien en étant même exposée dans les musées d’art décoratifs. Elle a été source de créativité en étant entre autres, revêtue d’une finition de cuivre pour ce qui concerne la Macchinetta en inox.
La cafetière Moka a inspiré les designers italiens tel Michele de Lucchi qui a imaginé pour Alessi et la marque de café Illy, une version aussi belle qu’intelligente, la Pulcina. Le maestro a repensé le réservoir de la partie inférieure en vue d’une extraction optimale du café sans compter un bec verseur en V pour faciliter le versement du café et une poignée de meilleure préhension. De nombreux créatifs et fabricants italiens comme Guzzini ont également revu en couleur et formes la traditionnelle macchinetta pour profiter tout à la fois de sa fonctionnalité et de son esthétique vintage !

Cafetière italienne ou à piston, pour faire son café  en prenant et remontant  le temps
La Macchinetta, surnom affectueux attribuée à la cafetière Moka est un objet iconique du design italien mais surtout symbole de l’histoire industrielle de l’Italie. Créée et brevetée par le fabricant cisalpin Bialetti en 1933, elle a originellement été conçue en aluminium (photo de gauche - crédit Bialetti)

Quelle origine pour les cafetières à piston ?

Les cafetières à piston bien différentes de la macchinetta sont souvent considérées également comme une machine italienne mais à tort. Le principe de machine à piston a été conçu et breveté par Marcel-Pierre Paquet en 1924. Cinq ans plus tard, le fabricant italien Attilio Calimani dépose également un brevet d’une machine fonctionnant sous le même principe, c’est à dire infuser le café moulu au contact de l’eau chaude pour filtrer ensuite le breuvage en abaissant un piston. La cafetière à piston fera l’objet d’amélioration par l’entrepreneur Faliero Bondanini qui fera fabriquer ses machines à piston dans une usine de clarinettes en France. La cafetière à piston est décidément une machine franco-italienne mais son utilisation fut clairement adoptée avec succès par les Italiens toujours épris d’un espresso de belle facture. 

Cafetière italienne ou à piston, pour faire son café  en prenant et remontant  le temps
Développée en France sous la marque Melior dans les années 60, la cafetière à piston sera ensuite reprise et déclinée par la marque danoise Bodum (en photo modèle Chambord)

Comment marche la cafetière à piston

La cafetière à piston comprend un pichet en verre dans une armature en inox et un couvercle équipé d’un piston à filtre. D’un fonctionnement également simple, la machine à piston assure une dégustation des arômes d’un petit noir en mettant en œuvre le principe d’infusion. Une dégustation réussie sous réserve de bien calculer le ratio eau/café moulu. Tout d’abord, versez de l’eau chaude dans la cafetière. Une fois versé du café moulu de façon équilibrée, c’est-à-dire ni trop fin ni trop gros à l’instar de la macchinetta, au fond du pichet, les puristes feront en sorte de verser de l’eau de source frémissante dans une bouilloire ou une casserole pour éviter tout goût de calcaire. Sachant que l’on compte environ 12 cl d’eau par tasse, on calculera l’infusion selon le nombre de tasses souhaité. La cafetière à piston est en effet aujourd’hui présentée dans différentes capacités. Après un temps d’infusion d’en moyenne de 5 à 6 minutes, il ne vous restera plus qu’à insérer et pousser le piston pour filtrer et déguster votre café. Attention à votre gestuelle, la poussée peut parfois provoquer des incidents domestiques avec une chute de la cafetière et des projections de café brulant sur les mains et le visage pour les plus maladroits ! La cafetière à piston est souvent disponible en verre borosilicate de manière à disposer d’une résistance à la chaleur du liquide. Certaines présentent un piston à double filtre pour optimiser la filtration, qui plus est si le café moulu est trop fin. De quoi s’assurer d’un café en tasse sans résidus de marc. Certains modèles sont également déclinés en total inox mais le principe de fonctionnement reste le même. Il est cependant préférable de déguster immédiatement son petit noir !
Côté design, l’armature d’une cafetière à piston offre un large choix de coloris, cette traditionnelle machine à café fait main reste à l’instar de la machine à café moka un objet déco en cuisine que l’on lavera à l’eau chaude.sa

A lire également…
Quelques idées, sucrées ou salées, pour mettre un peu de café dans votre cuisine
Machine à café automatique : pourquoi et comment choisir le robot broyeur ?
Machine à dosettes ou capsules : Dolce Gusto, Nespresso, Senseo ou Tassimo ?
Partager sur
Vous pourriez être intéressé par
continuer sans accepter
J'accepte
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK