Ma cuisine dans le Rétro, des accessoires remis au goût du jour

Arts culinaires

Ma cuisine dans le Rétro, des accessoires remis au goût du jour

le 3 février 2018
0
0
0
0

Oubliés les plats industriels et cuisinons sainement, comme avant la période agro-alimentaire. Pour cela, on redécouvre les ustensiles d’antan, restaurés ou modernisés. Au menu de notre sélection Vintage, découvrez la planche Tatra ; les couteaux Casa Bugatti et Sabatier ; le mortier Pebbly ; la râpe Microplane ; le chinois Alessi…

LSA International, Planche Tatra (41 euros)

 

La traditionnelle planche est relookée et retravaillée avec du bois certifié issu de forêt s gérées de façon durable comme la planche Tatra. Les créateurs de LSA International, société d’origine polonaise, ont ainsi revisité les motifs d’ébénisterie utilisés traditionnellement par les artisans en Pologne pour concevoir cette planche en frêne massif. Après utilisation, on accroche cette planche déco avec sa poignée en cuir sur sa crédence.
Ce vieil accessoire peut aussi multiplier les fonctionnalités à commencer par la récupération du jus de la viande découpée comme la planche créée par Alain Gilles chez Evolution.

Ma cuisine dans le Rétro, des accessoires remis au goût du jour

Casa Bugatti, Ceppo Virgola (299 euros)


Traditionnellement, il n’existe pas un couteau mais une batterie de couteaux en cuisine. A chacun son usage d’où l’existence depuis des générations d’un set de couteaux sur le plan de travail. Casa Bugatti a appliqué sa culture design à la conception de ce bloc couteaux. La structure en frêne blanchie à la ligne originale intègre une batterie de 5 couteaux en acier inoxydable, de l’utilitaire au couteau à pain, en passant par la découpe, celui à jambon et le couteau de chef. Bref, l’indispensable toujours à portée de main !

Ma cuisine dans le Rétro, des accessoires remis au goût du jour

Rousselon Dumas sabatier, Petit office et Petit 32 ( 10,80 et 21,50 euros)


C'est en 1908 que Paul Rousselon se rend à la Réunion, son entreprise fabriquant les sabres à canne 32 Dumas. Il propose aux producteurs un petit couteau pliable, le 32, aussitôt adopté par les Réunionnais. En 2009, plus d'un siècle plus tard, un habitant de l'île demande à la marque où il peut acheter un couteau comme celui de son grand-père, le fameux 32. Les héritiers et dirigeants actuels, Pascale et Lionel Sol, décident donc de rééditer ce couteau. Et de concevoir en 2016 son équivalent pour les "grand-mères", le petif office.

Ma cuisine dans le Rétro, des accessoires remis au goût du jour

Pebbly, set pilon & mortier, (à partir de 22,50 euros)


Le mortier pilon est l’un des plus vieux outils utilisés en cuisine. Rien de plus efficace pour broyer ses herbes et épices. L’ustensile vit un retour en grâce. Il est désormais décliné dans une large variété de matériaux, du traditionnel bois au granit et même l’inox. Pour piler ses herbes, on craque pour ce joli set en bambou et laque colorée qui se différencie des traditionnels sets en bois.

Ma cuisine dans le Rétro, des accessoires remis au goût du jour

Microplane, râpe à manivelle (29,95 euros)


La râpe est un outil quotidien en matière de préparation culinaire. Elle bénéficie aujourd’hui d’améliorations techniques pour effectuer ses tâches sans effort. Microplane, le spécialiste américain historique de la râpe, propose ainsi un modèle à manivelle au format entonnoir. Cette râpe aura gain de cause avec les aliments les plus costauds, à commencer par le fromage à pâte dure mais aussi les noix ou le chocolat. On mouline avec son manche ergonomique et on récupère les aliments râpés grâce à ses lames en acier inoxydable affutées, dans le récipient collecteur intégré au format généreux. Un outil qui ne manque pas de tranchant !

Ma cuisine dans le Rétro, des accessoires remis au goût du jour

Alessi, Max le Chinois (329 euros)


Les aficionados de cuisine le connaissent bien. Le chinois est de retour avec la tendance de soupes faites maison. Cet outil est indispensable pour filtrer ses sauces et ses soupes (certains l’utilisent même pour sauver le vin des résidus de liège d’une bouteille mal débouchée !). Il a inspiré le designer Philippe Starck et le fabricant Alessi qui lui a même donné un petit nom : Max le chinois est en acier inoxydable et repose sur des pieds en laiton. Au regard du prix de Max, on n’hésitera pas à l’utiliser pour filtrer si besoin est, un grand cru….

Ma cuisine dans le Rétro, des accessoires remis au goût du jour
Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK