Pour rester zen, faites le silence en cuisine avec un électroménager adapté

Chronique de la belle cuisine

Pour rester zen, faites le silence en cuisine avec un électroménager adapté

le 13 mai 2021
0
Partager sur

La cuisine est la caisse de résonnance d’un grand nombre de bruits, à commencer par ceux émis par notre électroménager. La réduction du volume sonore est désormais bien pris en compte par les marques, des décibels notifiés sur la nouvelle étiquette énergie. Qu'elle soit ouverte ou fermée, on vous dit tout sur le silence en cuisine.

Cette chronique vous est présentée par notre partenaire

Tous les bruits ne se ressemblent pas

La cuisine est certes la pièce la plus conviviale du foyer mais elle est rarement calme. Au-delà des conversations et des passages animés des enfants, l’espace est avant tout le lieu de préparation culinaire qui suppose l’usage des équipements électroménagers, sans compter ceux qui fonctionnent en continu comme le réfrigérateur avec sa légère sourdine. Chaque préparation de repas génère ainsi une succession de bruits plus ou moins forts et désagréables. Du robot de cuisine à la cuisson des viandes qui enclenchera la hotte, jusqu’au lavage final du lave-vaisselle.., ce sera un déferlement de sons plus ou moins intenses pour vos oreilles. 

Mais revenons sur la notion de bruit. Le ressenti d’un bruit ne sera de même pas pareil selon son intensité, sa durée, sa répétitivité et sa persistance. La nuisance sonore à la durée limitée d’un blender n’aura ainsi pas la même portée qu’un tour de machine de son lave-linge moins intense mais d’une durée plus longue.

Dans tous les cas, le ressenti d’un bruit peut sembler être subjectif mais quantifié dans un environnement en décibels (dB), il devient gênant à partir de 70 dB, une différence de 3 décibels revient par ailleurs à multiplier par deux l’intensité sonore.

Falmec fête les 10 ans du Silence NRS
Pour rester zen, faites le silence en cuisine avec un électroménager adapté
NRS signifie Noise Reduction System, que l'on peut traduire par Technologie de Réduction du Bruit.
Falmec, marque italienne, a développé cette technologie il y a dix ans et propose les hottes les plus silencieuses du moment.
Pour cet anniversaire, Falmec France a créé un site dédié à la NRS, la présentation des hottes Falmec,  jeu concours...

Electroménager : un nouveau classement sonore 

La question du bruit dans sa cuisine est en majeure partie redevable aux appareils électroménagers, chaque typologie étant marquée par un niveau acoustique mesuré en décibel. Cependant, les fabricants ont lancé une course effrénée vers le silence de leurs équipements au fil d’innovations constantes. Le niveau de nuisance sonore est en effet un des critères de choix exprimés par les consommateurs, qui plus est pour ceux disposant d’une cuisine ouverte sur le salon. Outre l’électroménager qu’il soit petit ou grand, les amoureux du silence devront également prêter attention aux choix de leurs meubles de cuisine en cas d’acquisition ou de rénovation afin d’éviter par exemple les sursauts lors du claquement des portes du placard. La disposition même des appareils dans l’espace cuisine compte également mais aussi les revêtements à commencer par le sol.
Depuis le 1er mars, une nouvelle étiquette énergie à l’initiative de l’Union Européenne est désormais accrochée aux équipements électroménagers afin d’améliorer la lisibilité en matière de consommations énergétiques.
Cette nouvelle étiquette énergie comprend aussi une modification de l’indicateur sonore plus compréhensible. Les appareils font ainsi désormais l’objet d’un classement sonore allant de A à D. L’ancien pictogramme relatif au bruit affichait jusqu’à présent uniquement le nombre de décibels en fonctionnement. Reste que le niveau de décibels est difficilement compréhensible pour qui n’est pas technicien. La mesure en décibels est désormais donc assortie d’un classement, A étant bien sûr la meilleure performance de limitation de nuisances sonores. La mesure en décibel des appareils s’établit aux périodes de fonctionnement les plus sujettes aux nuisances sonores. Le niveau sonore des lave-linges sera par exemple établi lors de la phase d’essorage. Chaque moyenne dans les faits est propre à la nature des appareils mais il revient au fabriquant d’établir et déclarer ses propres mesures normalisées et réalisées dans son propre laboratoire ou dans un laboratoire acoustique indépendant. La fiabilité des mesures annoncées est rarement contrôlée par les autorités de par le cout notamment de telles enquêtes en laboratoire. Cependant des chiffres très décalés par rapport à la moyenne des performances affichées sur le marché peuvent être dénoncés par les fabricants concurrents. Au final, la question du bruit étant un sujet hautement concurrentiel, la bataille des décibels s’arbitre quelque peu directement sur le terrain.

Pour rester zen, faites le silence en cuisine avec un électroménager adapté
Evolution de l'étiquette pour le lave-vaisselle (guide de l'étiquette énergie Gifam)On y voit la classification en volume sonore. Ce qui est essentiel pour un appareil qui est souvent dans la cuisine.

Le concert du gros électroménager de plus en plus étouffé

Les équipements les plus mis à l’index concernant les nuisances sonores sont les produits de lavage mais également les hottes et de facto, ce sont les catégories qui ont fait l’objet d’efforts importants en matière de réductions de bruit de la part des constructeurs. Les lave-linges classiques et lave-linge séchants affichent désormais uniquement le niveau sonore mesuré en décibels de la phase essorage au moment où le moteur fonctionnera à plein régime afin d’extraire le maximum d’eau des textiles tout juste lavés. Le bruit en moyenne généré par les lave-linges est de quelque 73 décibels. En intégrant notamment des moteurs à induction et des systèmes anti-vibrations, les modèles plus premium offrent une réduction de bruits significative, certains affichant jusqu’à moins de 60 dB. De quoi profiter sans souci d’un lancement de machine en heures creuses. La catégorie des lave-vaisselles a fait également l’objet d’une réduction sensible des décibels en utilisant aussi des moteurs à induction. Le bruit généré d’un lave-vaisselle en marche est évalué aux alentours de 45 à 50 dB, générés lors de certaines étapes du cycle du lavage telle l’arrivée et la vidange de l’eau ou les jets contre les parois. Les modèles de lave-vaisselles considérés comme silencieux présentent à ce jour un niveau sonore de 40 et 45 dB.

Les hottes ont été également sujet à une recherche approfondie de la part des fabricants. Leur volume sonore est certes limité à une durée d’usage plus limitée par rapport aux produits de lavage mais le bruit généré est pour le moins intense avec environ 75 dB en moyenne pour les hottes aspirantes classiques. Les versions Les plus silencieuses aujourd’hui peuvent émettre un bruit limité à moins de 50 dB, au plus fort de leur fonctionnement. Une hotte peut fonctionner en mode évacuation de l’air aspiré vers l’extérieur ou en recyclage, ce dernier mode générant plus de nuisances sonores. Les innovations mises en œuvre en matière de chasse au bruit passent par l’utilisation de matériaux insonorisants au sein même de la hotte voire la stabilité des blocs moteurs avec amortisseur de bruits. Le souci d’une isolation acoustique travaillée dans les moindres détails se traduit par le choix de hottes performantes au prix plus élevé.
Les autres équipements de gros électroménager ne posent guère de problème en matière de bruit, les fours étant devenus d’une discrétion totale tandis que les réfrigérateurs avec moins de 42 décibels ont également fait l’objet de techniques pour réduire leur petit bourdonnement au quotidien.

Pour rester zen, faites le silence en cuisine avec un électroménager adapté
Un bruit dit choisi comme le lancement du broyeur de café sera toujours moins perturbant car attendu qu’un bruit subi, comme la musique diffusée soudainement à plein volume par le voisin de palier.

Un agencement de sa cuisine au service du silence

Les modèles les plus silencieux en matière de gros électroménager sont souvent des modèles haut de gamme, ces performances de réduction de nuisances sonores étant le fruit de recherches conséquentes et s’ajoutant à d’autres fonctionnalités innovantes. Autant maximiser les plus de ces équipements en prenant soin de leur installation dans la cuisine.

On évite déjà de les coller contre le mur afin d’éviter les effets de répercussion en matière de vibrations.

On fait également en sorte de bien régler les pieds afin d’ajuster la hauteur de l’appareil, que ce soit un lave-linge, un lave-vaisselle ou encore un réfrigérateur, et le placer parfaitement à l’horizontal quand il s’agit d’appareil en pose libre, le principe d’électroménager encastrable étant une garantie d’absorption des bruits.

Les surfaces de la cuisine doivent aussi être pensées en matière d’acoustique à commencer par le sol. On pensera à cet égard à mettre en œuvre une solution d’isolation acoustique avec la création d’une sous couche d’isolant afin de réduire le bruit d’impact des casseroles tombées par exemple à terre ou tout simplement les trottinements des talons sur le carrelage de la cuisine.

De quoi rester en bonne intelligence avec ses voisins du dessous lorsqu’on est en appartement.

Le silence aussi avec les meubles

La chasse au bruit passe aussi par le choix de vos nouveaux meubles de cuisine qui intègrent des systèmes de fermeture intelligents. On pense ainsi par exemple aux tiroirs qui se ferment en douceur d’une simple poussée grâce à leur jeu de glissières et aux portes de placard avec leurs charnières dotées d’un système d’amortissement lors de la fermeture, qui ne vous casseront alors plus les oreilles. Des petits détails qui assurent le calme d’une cuisine silencieuse bien pensée !
Au final, l’expression « le silence est d’or », prend tout son sens en matière d’équipements mais l’innovation au service de la réduction du bruit se démocratise peu à peu en matière d’acquisition d’électroménager. Le confort d’une cuisine silencieuse sera également assuré avec les conseils d’un cuisiniste.

LES CHRONIQUES HOMAP ET LE PARTENARIAT

Les chroniques sont ouvertes au partenariat avec des marques qui souhaitent s'associer au sujet mis en avant par Homap. Le choix des sujets ainsi que le texte des articles sont réalisés de manière indépendante par la rédaction.

Partager sur
Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK