Affichage du Nutri-Score : foodwatch élève la voix face à l’industrie alimentaire

Le fil Homap

Affichage du Nutri-Score : foodwatch élève la voix face à l’industrie alimentaire

le 5 octobre 2021
0
Partager sur

Afin de dénoncer l’opposition des représentants de l’industrie alimentaire au Nutri-Score, l’organisation de défense des consommateurs foodwatch a manifesté à Bruxelles, au siège de FoodDrinkEurope. Elle y a notamment demandé l’étiquetage nutritionnel obligatoire par couleur au niveau européen, alors que le label reste aujourd’hui volontaire.

Pour un Nutri-Score obligatoire en Europe

Alors que Yuka vient d’être condamné une nouvelle fois en justice pour « dénigrement » par une société charcutière, foodwatch qui milite également pour une alimentation saine et sans risques, a fait entendre sa voix la semaine dernière à Bruxelles. Et c’est devant le siège de FoodDrinkEurope que l’organisation de défense des consommateurs a choisi de manifester pour dénoncer l’opposition des représentants de l’industrie alimentaire au Nutri-Score. Une manifestation haute en couleurs, dont l’objectif était de réclamer un étiquetage nutritionnel obligatoire par couleur au niveau européen. « L’industrie alimentaire empêche depuis trop longtemps l’adoption de mesures politiques efficaces en faveur d’une alimentation saine. Si FoodDrinkEurope veut vraiment contribuer à une vie plus saine comme elle le prétend dans sa déclaration de mission, elle doit montrer ses couleurs et soutenir le Nutri-Score ! La Commission européenne doit écouter les scientifiques et les médecins et rendre de toute urgence le Nutri-Score obligatoire dans toute l’Europe » a déclaré Sarah Häuser de foodwatch. Une démarche également soutenue par l’OMS, par le biais de son centre international de recherche sur le cancer, qui a demandé à l’Union Européenne de rendre le Nutri-Score obligatoire partout en Europe selon foodwatch.

Affichage du Nutri-Score : foodwatch élève la voix face à l’industrie alimentaire
Le nutri-score est français, développé et déposé par Santé Publique France. Depuis son lancement en France, il est utilisé par d'autres pays comme la Belgique, la Suisse, l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas et le Luxembourg. Le logo est attribué sur la base d’un score prenant en compte pour 100 gr ou 100 mL de produit, la teneur : -en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits, légumes, légumineuses, fruits à coques, huile de colza, de noix et d’olive), et en nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel). Après calcul, le score obtenu par un produit permet de lui attribuer une lettre et une couleur, au nombre de 5.

Un étiquetage aujourd’hui volontaire

L’organisation internationale de consommateurs rappelle que les gouvernements d'Allemagne, de France, de Belgique, d'Espagne, du Luxembourg et des Pays-Bas ont adopté le Nutri-Score. Toutefois, étant donné qu'une obligation légale au seul niveau national n'est pas possible en vertu du droit européen, le label reste volontaire. La Commission européenne pourrait proposer un étiquetage nutritionnel obligatoire et harmonisé à l’avant des emballages d’ici fin 2022, mais rien n’est encore joué. Affaire à suivre…

A lire également…
Open Food Facts, Yuka, Kwalito : scanner pour mieux manger ?
"Aliments Made in France : stop aux arnaques" selon foodwatch
Trop salées, trop sucrées, voire plus chères, Foodwatch dénonce les mayonnaises allégées
Partager sur
Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK