Vers la fin des emballages plastiques autour des fruits et légumes frais

Le fil Homap

Vers la fin des emballages plastiques autour des fruits et légumes frais

le 13 octobre 2021
0
Partager sur

Un décret visant l’interdiction des emballages plastiques des fruits et légumes frais vient d’être signé ce 11 octobre, dans le cadre de la loi anti-gaspillage. Au total, une trentaine de fruits et légumes seront vendus sans emballage dès 2022, pour laisser place au vrac. Voici ceux qui sont concernés...

Encourager la vente en vrac

Bientôt, les étals des supermarchés n’auront plus la même allure. Fini les salades en sachet, les tomates en barquette plastique et les bananes sous cellophane, place au vrac ! Alors que 37% des fruits et légumes sont aujourd’hui vendus sous emballage, la nouvelle mesure devrait « permettre de supprimer plus d’un milliard d’emballages en plastique inutiles chaque année », selon un communiqué du Gouvernement. Objectif : réduire notre consommation d’emballages, notamment en plastique à usage unique. Une bonne nouvelle pour l’environnement et un véritable levier pour changer nos habitudes de consommation, génératrices de déchets.
Grâce au décret signé le 11 octobre par les ministères de l’Économie, de la Transition écologique et de l’Agriculture et de l’Alimentation, une trentaine de fruits et légumes frais non transformés seront donc vendus sans plastique, dès le 1er janvier 2022. Sont concernés pour les légumes : poireaux, courgettes, aubergines, poivrons, concombres, pommes de terre, carottes, tomates rondes, oignons et navets, choux, choux fleurs, courges, panais, radis, topinambours, légumes racines. Et pour les fruits : pommes, poires, oranges, clémentines, kiwis, mandarines, citrons, pamplemousses, prunes, melons, ananas, mangues, fruits de la passion, kakis, etc.

Vers la fin des emballages plastiques autour des fruits et légumes frais
Toutes les tomates ne sont pas concernées dans l'immédiat. Ce sont dans un premier temps les tomates rondes, plus communes, qui ne seront plus mises sous plastique.

Des exceptions jusqu’en 2026

Pour les fruits et légumes présentant un risque important de détérioration lors de leur vente en vrac, un délai sera accordé jusqu’au 30 juin 2026, pour déployer des solutions alternatives. Cela concerne notamment les pêches et abricots, les fruits mûrs à point, les graines germées, les fruits rouges ou encore les légumes « primeurs » récoltés au printemps, avant leur pleine maturité. Une mesure qui ne ravit pas toujours les producteurs et distributeurs qui seront contraints de revoir certains modes d’organisation. Les solutions d’emballage alternatives comme le carton ou le bois sont par ailleurs coûteuses et pourraient faire grimper mécaniquement le prix des fruits et légumes frais. Mais si c’est bon pour la planète, chez Homap, nous disons oui au vrac !

A lire également…
Ecologique et souvent économique, le vrac emballe les Français
Avec L’Epicerie, Schmidt propose un concept pour cuisiner frais et responsable
Partager sur
Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK