Les différents modes de cuisson de la viande à basse température

Tendance

Les différents modes de cuisson de la viande à basse température

le 6 avril 2020
0
Partager sur

Mode de préparation prisée par les chefs, la cuisson lente en dessous de 100° magnifie les qualités gustatives et nutritionnelles des viandes les plus diverses. Seule condition ? Un temps de cuisson allongé, garant de saveurs inimitables que ce soit au four, sur une plaque de cuisson ou en mode cuit-vapeur. Le petit plus ? des économies d’énergie et de portions !

Bœuf Bourguignon, Osso Bucco, navarin d’agneau printanier…. Autant de classiques gastronomiques qui nous font saliver à leur simple appellation. Tous ont pour point commun, la cuisson lente des viandes mitonnées et en prime, la facilité de préparation pour peu que l’on programme un peu de temps avant le service à table ! Outre la simplicité d’une cuisine de chef fait maison, la cuisson lente valorise aussi les saveurs au fil du temps de cuisson pour un coût peux onéreux car elle concerne notamment des bas-morceaux à prix modéré.

Pour découvrir notre guide d'achats tables de cuisson induction, cliquez sur l'image

La cuisson lente c'est quoi ?

 

Concrètement, ce qu’on appelle cuisson lente est dans les faits une cuisson à basse température mais constante des aliments. Particulièrement adaptée pour la viande, elle garantit une chair tendre, des jus préservés tout en évitant la perte de poids des morceaux cuits de façon homogène. A la dégustation, la viande sera d’autant plus savoureuse si la cuisson est associée à des légumes, herbes et condiments.
Quasiment toutes les viandes peuvent faire l’objet d’une cuisson à basse température du bœuf et veau à l’agneau et mouton en passant par le porc et même la volaille. Seules, la viande chevaline et la triperie ne sont pas sujets à la cuisson en basse température. La cuisson lente est aussi l’occasion de redécouvrir des morceaux de viande au potentiel sous-estimé et moins onéreux comme la macreuse, le gite ou le jumeau pour ce qui concerne le bœuf par exemple. L’occasion aussi d’apprendre en détail l’origine de ce que l’on mange en découvrant les parties des animaux à consommer… Et s’afficher comme cuisinier gastronome auprès de son boucher qui appréciera aussi votre reconnaissance envers son métier.
Du four à la plaque de cuisson en passant par des cuits vapeur et même des robots cuiseurs, une préparation de viande cuite à basse température peut s’effectuer par bien des façons dans sa cuisine. A noter, la température et la durée de cuisson varie selon le type de viande et le mode de cuisson bien sûr.

Pour découvrir notre guide d'achats tables cocottes et faitouts, cliquez sur l'image

A la cocotte on prend son temps


L’usage d’une cocotte a pour avantage d’assurer une cuisson à l’étouffée des aliments à commencer par la viande. L’eau des ingrédients qui compose la recette sans compter la sauce préparée au préalable va se transformer peu à peu en vapeur puis condensation, une fois la cocotte refermée et placée sur un feu à très basse température. Telle est la clé du succès de plats comme le boeuf bourguignon ou un osso bucco sous réserve d’utiliser une cocotte en fonte de qualité, de manière à faciliter la « transpiration » de la viande. A la clé, une chair fondante qui cuira dans son jus et des légumes ayant conservé tous leurs nutriments. La cuisson en cocotte s’adapte à tous les feux mais un foyer au gaz exigera une température minimale à chaleur encore plus douce que l’induction par exemple et une surveillance régulière.

A quoi sert la vapeur dans un four, cliquez sur l'image pour le savoir

A la vapeur pour la tendresse


Sous le même principe de la cuisson à l’étouffée, la viande en mode cuisson vapeur assure la préservation des vitamines et nutriments. Le cuit-vapeur comme l’autocuiseur sera utilisé de la même façon mais la température de cuisson ne doit pas dépasser les 95 degrés pour une vapeur douce et continue.
Outre les cuit vapeurs et les robots cuiseurs dont certains disposent d’un mode vapeur, on peut aussi opter pour un four vapeur ou un modèle combiné vapeur dont le réservoir d’eau à l’intérieur ou placé à l’extérieur selon le modèle, produit de la vapeur dans la cavité du four pour une cuisson très basse température tout en douceur.

Pour découvrir notre guide d'achats machines sous-vide, cliquez sur l'image

La cuisson sous vide, l'alliée de la cuisson lente


Deux types d’appareils sont nécessaires : des scelleurs sous vide qui emballent les aliments dans un sachet hermétique, l’air ayant été automatiquement aspiré. Mis sous vide, les aliments peuvent ensuite être cuits à basse température au bain-marie dans un grand fait-tout mais la précision de température n’est guère aisée. Mieux vaut donc s’équiper d’équipements de cuisson spécial bain marie sous vide qui garantissent une précision du temps de cuisson uniforme. A noter, certains robots culinaires disposent à cet égard de mode bain-marie basse température ! Des équipements réservés jusqu’à présent aux professionnels sont aussi désormais adaptés aux particuliers et démocratisés avec des cuiseurs sous vide. Mieux encore, des équipements combinés associent sur une même colonne four vapeur et tiroir de mise sous vide automatique. Le graal absolu pour une viande préparé en cuisson lente !


Pour découvrir notre guide d'achats fours multifonction, cliquez sur l'image

Au four, moins de chaleur, plus de lenteur

 

Un four de qualité est parfaitement adapté pour la cuisine en mode cuisson lente car il assure en effet une cuisson homogène et à basse température précise et constante. On peut, soit à l’avance rissoler sa viande sur une plaque de cuisson pour ensuite enfourner le plat au four préchauffé au préalable ou faire l’inverse. Dans tous les cas, la cuisson s’effectuera à un minimum de 65° pour éviter toute prolifération bactérienne et en optant sur le mode chaleur sole et voûte.
Bien des recettes classiques peuvent être ainsi réalisées, tel un rôti de porc, piqué de gousses d’ail au préalable et badigeonné d’huile d’olive pour une cuisson ensuite de 3 heures environ au four à 90°. Plat familial de Pâques par excellence, le gigot d’agneau, arrosé de vin blanc et agrémenté d’herbes aromatiques, se cuira ainsi durant sept heures dans une cocotte fermée au four à 120° de température. De quoi déguster le gigot quasiment à la cuillère sans besoin de découpe avant le service !
Petit plus ? La cuisson à basse température, variant de de 65 à 80° selon le type de viande consomme moins d’énergie et assure en prime une perte de poids très réduite de la viande ! A noter également, la possibilité de disposer d’une sonde de cuisson intégrée pour les fours haut de gamme de manière à obtenir un parfait contrôle digne d’une toque !



Le thermomètre-sonde de cuisson, le petit accessoire incontournable de la cuisson lente.


Parmi les différents thermomètres culinaires disponibles, le thermomètre à sonde permet de relever la température dans le cœur d’un aliment. Electronique, ce type de thermomètre est particulièrement adapté au contrôle de la cuisson des viandes si vous ne disposez pas d’un four intégrant une sonde de cuisson. On misera sur une sonde sans fil dotée d’une batterie qui se recharge sur un socle à côté du plan de cuisson de préférence. Mieux encore, des feux de cuisson connectés s’associent avec des sondes autonomes qui se rechargent directement sur la table à induction avec lesquelles elles sont appairées! Pratique pour évaluer la cuisson de sa viande dans une cocotte !

A lire également…
En Bref sur L'avenir de la viande, à déguster sur Netflix
Eric Pineau, un éleveur 2.0 qui livre l'excellence de la viande dans toute la France
Partager sur
Vous pourriez être intéressé par
RECEVOIR LA NEWSLETTER
OK